Les jardins japonais

Le Japon est un pays magnifique composé d’innombrable lieu touristique charmant et fascinant. Il est surtout caractérisé par ses somptueux parcs et jardins qu’on retrouve pratiquement dans de nombreux endroits historiques du Japon.

En effet, la réalisation, l’aménagement et l’entretien d’un jardin constituent un art sacré pour les peuples nippons. Ils en ont fait une véritable culture et un havre de paix auxquels n’importe qui peut venir se ressourcer gratuitement.

Le symbole des jardins japonais :

Les jardins japonais sont toujours réalisés avec beaucoup de soin et d’élégance. Ils sont généralement constitués de trois grands principes, qui sont la réalisation des représentations en miniature, le symbolisme et la conception d’un paysage sur des jardins d’intérieur ou limités.

D’autre part, il faut savoir qu’un jardin japonais est principalement basé sur sa beauté et son esthétique. C’est censé offrir une image positive de la vie et du monde. Un Jardin japonais est un symbole de l’âme humaine, et de l’impermanence de la nature, une croyance très respectée dans la religion bouddhisme.

L’aménagement d’un jardin japonais :

Un jardin japonais doit contenir certains composants indispensables dans le respect de la tradition. Par ailleurs, il y a également des pratiques et des rituels qu’il faut suivre pour aménager un jardin du style japonais.

  • Les composants

Pour les composants d’un jardin japonais, il est important d’avoir des rochers, des sables et des graviers pour agrémenter les sentiers et les plantes. Habituellement, on retrouve des rochers en forme de tortue ou de grue dans les grands jardins typiques du Japon. Ils sont associés à la religion du bouddhisme et signifient une longue vie et beaucoup de bonheur. On peut également voir des rochers représentants le Bouddha et ses disciples qui décorent les jardins japonais. Les sables et les graviers sont utilisés pour indiquer les valeurs spirituelles du lieu. D’autre part, il est possible que les jardins japonais comportent des salons de thé, des bordures et d’autres éléments décoratifs comme les lanternes ou les pagodes.

  • Les plantes et les fleurs

Il faut nécessairement effectuer un travail minutieux et méthodique pour concevoir un jardin japonais. Il faut respecter la distance entre les plantes, l’harmonisation des couleurs, l’entretien et la structure pour obtenir un résultat impeccable. Les arbres doivent être taillés suivant des hauteurs bien définis et des formes particulières, définies comme le niwaki. Parmi les plantes décoratives d’un jardin japonais, on retrouve systématiquement le lotus sacré, le pin, l’érable, les cerisiers, l’azalée,  les bambous, les ginkgos, les cyprès, etc. Ils sont choisis pour des raisons religieuses ou traditionnelles.

  • Les bassins d’eau

Un élément indispensable pour un jardin, l’eau constitue d’ailleurs un rôle purificateur, très vénéré dans la croyance shintoïsme, une des religions les plus pratiquées au Japon. Pour l’aménagement de l’eau, les Japonais ont une technique très complexe appelée sinogramme, qui consiste à réaliser des plans ou des cours d’eau irrégulière et discontinue.

Il est également habituel de voir des bassins et des étangs joliment agrémentés de ponts ou de pagodes dans les jardins japonais. Ces bassins servent d’abri pour des animaux qui jouent  des rôles essentiels dans le jardin, notamment les carpes koï, qui sont choisis pour leur couleur,  ainsi que les tortues, les grenouilles ou les canards.