Le judo – la voie de la souplesse

Le Japon est un pays qui pratique beaucoup d’arts martiaux. Parmi les plus connus, il y a le judo, un art de corps à corps, qui est très populaire que ce soit en Japon ou partout ailleurs dans le monde. Une discipline qui œuvre à canaliser les ressources physiques et mentales, le judo signifie littéralement la voie de la souplesse. En effet, l’art du judo consiste à éliminer et écarter les inconvénients, adversaires ou difficultés rencontrés tels que les roseaux qui se plient avec souplesse et efficacité.  

 

Origine et histoire du judo

Considéré comme étant un art martial moderne, le judo a été créé en Japon vers l’année 1882, par un moine japonais, nommé Jigoro Kano. Le judo a été influencé par la discipline du ju-jitsu, un art de combat beaucoup plus ancien qui est pratiqué d’une manière similaire au judo, sauf que ce dernier est beaucoup moins dangereux et moins violent que le ju-jitsu.

D’après une légende japonaise, le père fondateur du judo, Jigoro Kano se serait inspiré des branches du cerisier ou des roseaux recouvertes de neiges durant l’hiver. Il a constaté que les branches ne réagissaient pas tous de la même manière, ceux qui sont trop rigides sont immédiatement cassés sous le poids de la neige, tandis que ceux qui sont souples s’inclinent gracieusement et avec agilité pour se débarrasser des neiges, d’où la création de la discipline du judo, qui allie les techniques de combat avec finesse et souplesse.

Par la suite, plusieurs écoles spécialisées pour les arts martiaux ont commencé à pratiquer le judo comme étant une discipline éducative et un sport de combat. Il a commencé à être introduit dans les Jeux olympiques vers l’année 1964.

 

Les caractéristiques de la discipline judo

Le judo est beaucoup plus qu’un simple apprentissage au combat. Il permet d’inculquer une grande valeur morale et un code d’honneur exceptionnel pour ces pratiquants. Ces codes sacrés sont définis comme les suivantes : la politesse ou le respect d’autrui, le courage, la sincérité, l’honneur, la modestie, le respect, le contrôle de soi, et l’amitié.

Les judokas désignent ceux qui pratiquent la discipline du judo, et l’endroit où on le pratique est appelé un dojo. Concernant les combats, ils se passent sur un tatami, un espace composé d’un tapis raide qui permet d’atténuer les chocs durant les chutes. Le tatami permet également de délimiter la zone de combat durant les compétitions.  

 

Les techniques de combat :

Concernant les techniques de combat, la discipline du judo est caractérisée par les techniques codifiées sous forme de kata. Le kata étant des mouvements précis et harmonieux qu’il faut suivre pas à pas. Le principe d’un combat de judo est essentiellement de projeter ou plaquer son adversaire sur le sol.

Pour maîtriser les arts qui caractérisent le judo, il faut apprendre les techniques de projections, les techniques de sacrifices, les techniques de domination, et les techniques d’étranglement.

  • Techniques de projections

Comme son nom l’indique, il s’agit de projeter son adversaire au sol par la technique de « nage waza », et le faire tomber vers l’arrière, l’avant ou sur un côté. Les techniques de projections sont également caractérisées par quatre principes bien distincts, la technique debout appelée « tachi waza », la technique de jambes « ashi waza », la technique d’épaules « te waza » et la technique de hanche « koshi waza ».

 

  • Techniques de sacrifices

Les techniques de sacrifices sont également appelées les techniques de jeté de corps, communément définis au terme de sutemi waza en judo. Il consiste à faire tomber son adversaire au détriment de son propre équilibre. Pour y arriver, le judoka peut utiliser la technique de sacrifice dans l’axe, qui est définie par la méthode de « planchette japonaise » ou ma sutemi waza, ou encore la technique de sacrifice sur le côté appelée voko sutemi waza. Il y a également une technique d’enroulement connue sous le nom de makikomi waza, qui est très pratiquée au judo.

 

  • Techniques de domination

Les techniques de dominations englobent les techniques de contrôles et les techniques d’immobilisation. Elles sont distinguées comme étant les techniques « katame waza ». Par ailleurs, elles comprennent les variantes comme les techniques au sol « ne waza » et les techniques d’immobilisation « osae komi waza ».

 

  • Techniques d’étranglement

Enfin, la discipline du judo renferme également l’apprentissage des techniques d’étranglement ou shime-waza, afin de déstabiliser son adversaire et le faire tomber à terre. Cette technique a pour but de presser l’autre afin de bloquer son système respiratoire ou sanguin. De cette manière, l’adversaire ne peut que renoncer ou abandonner le combat, et accepter docilement d’être mis à terre.

 

Par ailleurs, il y a également les techniques de luxation et les techniques de clef, qui nécessitent de tordre le coude de son adversaire.

 

Les tenues et les accessoires du judo

Pour pratiquer le judo, il est obligatoire de porter une tenue spéciale, appelée judogi. Actuellement, le judogi est associé avec le kimono, même si ce n’est pas tout à fait la même chose, il est plus courant d’entendre le terme kimono rattaché à la pratique de l’art martial du judo.

Le judogi est un ensemble de tenue, composé d’une veste et d’un pantalon, de design ample et large, permettant plus de liberté dans les mouvements. Il est fait généralement de coton ou de polyester, la qualité du tissu dépend d’avantage des judokas, pour les jeunes enfants, on peut choisir des tissus cotons légers, et pour les adultes, le judogi peut être confectionné avec de la textile plus rigide et épais. Le judogi est traditionnellement de couleur blanche. Toutefois, il est courant de trouver des judogis de couleur différente pour identifier facilement les adversaires durant les compétitions.

La ceinture est également un accessoire indispensable dans la pratique du judo. Elle maintient correctement les vestes du judogi. Par ailleurs, il existe différentes couleurs qui sont classées suivant les évolutions et les anciennetés dans la pratique du judo. Dans l’ordre de débutant à l’expert, on trouve les couleurs suivantes : blanche, jaune, orange, verte, bleue, et marron. De la même manière, il y a aussi les ceintures bicolores, blanche-jaune, jaune-orange, orange-verte, verte-bleue. Ensuite, il y a les ceintures noires et la ceinture rouge, qualifié de ceinture supérieure des experts.