Les religions et la croyance au Japon

Le Japon est considéré comme étant l’un des pays les plus pratiquants dans le monde entier. En effet, Le Japon possède une grande richesse spirituelle, avec les croyances modernes et traditionnelles confondues. La ville du Japon est d’ailleurs couverte de divers temples et sanctuaires qui renferment une réalité complexe et subtile.

En réalité, les Japonais sont des peuples qui sont réellement influencés par les instincts religieux. S’il est impossible de distinguer clairement les religions et les croyances, la foi et le conformisme social, ainsi que les rites, les traditions et les coutumes, on peut tout de même comprendre que les Japonais considèrent la religion comme étant un mode de vie, un concept rationnel auquel, ils se soumettent gracieusement.

Le choix de la religion au Japon :

Historiquement, les Japonais ont toujours été contraints de se soumettre à la religion du shintoïsme depuis les années du XIXème siècle. Etant la seule religion considérée comme traditionnelle et propre au pays, l’Etat a rendu obligatoire de suivre ce culte qui était alors devenu la croyance nationale du Japon, jusqu’en 1945, la fin de la guerre du Pacifique.

Vers l’année 1947, la constitution a autorisé le pouvoir de choisir librement sa religion en Japon. Par la suite, d’autres religions ont commencé à s’implanter petit à petit au cœur du Japon, et se sont étendu grandement pour devenir des emblèmes culturels du pays. Parmi les religions les plus répandues au Japon, on peut citer le shintoïsme, le bouddhisme, le christianisme, le judaïsme ainsi que les musulmans.

 

Le shintoïsme :

Etant la religion la plus pratiquée et la plus ancienne au Japon, le shintoïsme regroupe environ 84% des peuples croyants dans tout le pays.  Les pratiquants sont appelés des shintos. Communément appelé la voie des Dieux, le shintoïsme est influencé par les anciens cultes de la tradition nippone qui sont le chamanisme, l’animisme et le culte des ancêtres.

D’autre part, cette pratique spirituelle est également associée à la vénération divine et les esprits de la nature, considérés comme étant bienveillants et protecteurs malgré certains faits tout de même malfaisants, notamment les tremblements de terre, les typhons ou les tsunamis. Les Japonais ont liés ces esprits, également appelés Kami, dans chacun des éléments fondamentaux qui constituent la vie, à savoir l’eau, le vent, la montagne et sans oublier les ancêtres.

Par ailleurs, le shintoïsme est également pratiqué comme des cérémonies traditionnelles ou des rites ancestraux.  Il faut savoir que le shinto est la seule religion qui ne possède pas de livre ou de texte sacré.

Les cultes du shintoïsme sont effectués dans des sanctuaires particuliers dédiés pour les kami, ces sanctuaires sont appelés jinja, ils sont caractérisés par la présence d’un torii, qui est similaire à un portail d’entrée orné de portique sacré en bois, en pierre ou encore en béton.  Par ailleurs, le jijna est également marqué par le shimenawa, une corde en paille de riz ou de chanvre en tresse, ainsi que le gohei, de guirlandes pliées destinées à louer le kami.

La pratique du shintoïsme est très libre. Contrairement à d’autres religions, il n’y a pas de rite ou de messe ponctuelle pour célébrer le kami. Ils font plutôt des cérémonies annuelles et des rites pratiqués suivant les circonstances. On peut citer les événements importants suivant :

  • Le Dosojin matsuri : il s’agit d’un festival qui se tient normalement durant le mois de Janvier ou en début d’année. Le principe de cette cérémonie est de célébrer le kami et demander plus de chance sur la nouvelle année.

 

  • Les mariages et les naissances : une religion qui se consacre énormément à la vie et la famille, le shinto se concentre davantage à la célébration des mariages et des naissances. Par ailleurs, le shinto associe la naissance d’un enfant au kami. Chaque enfant étant inscrit sur un registre du sanctuaire local, il est déclaré par un prêtre comme étant un ujiko, qui deviendra un kami après sa mort.

 

Le bouddhisme

Une religion qui était apparue au Japon vers l’année 538 à 552, elle a été introduite au pays par les Coréens. Une pratique qui œuvre pour la paix et la sérénité, le bouddhisme est actuellement pratiqué par environ 71% de la population japonaise, devenu ainsi la religion officielle de l’état.

Le bouddhisme s’était transmis par des enseignements stricts et complexes. Ils étaient traduits dans des écrits, initialement inaccessibles par la masse des peuples, jadis illettrés. Ainsi, la religion du bouddhisme a commencé à être pratiquée par les classes nobles et supérieures. Par ailleurs, ce fut la nécessité de transmettre les enseignements du bouddhisme qui a incité la population japonaise à développer  l’apprentissage des langues écrites.

Par ailleurs, la pratique du bouddhisme nécessitait de s’impliquer dans une vie de souffrance et de restriction, récompensée par la sagesse absolue et la sérénité certaine. Il est considéré comme étant une philosophie et une mode de vie. Le principe étant de devenir un être éveillé, symbolisé par le terme bouddha dans la pratique du culte.

D’autre part, le Japon est marqué par de nombreux temples de bouddhiste, qui sont facilement reconnaissable avec leur porte majestueuse précieusement gardé par des niô. Le bouddhisme est composé de trois branches principales, à savoir le Théravada, le Vajrayana, et le Mahayana, qui va engendrer par la suite la doctrine du bouddhisme zen.

 

Le christianisme

Une religion qui est arrivée récemment au Japon, le christianisme, venant des pays occidentaux débarquait dans le pays vers l’année 1549. Cependant, le christianisme n’a finalement touché qu’une partie infime à savoir uniquement 2% de la population nippone. Par ailleurs, il faut savoir que le christianisme a été interdit en Japon pendant un certain temps, de 1614 à 1854.

Le Christianisme comporte plusieurs branches de religion, qui sont le catholicisme, le protestant, ainsi que les orthodoxes.

 

Le judaïsme, l’Islam et les musulmans

Le Japon comprend également d’autres religions comme le judaïsme, l’islam et les musulmans. Ils ne sont pas vraiment représentés sur l’archipel du Japon, toutefois, on peut bien constater la présence et la pratique de ces religions dans la culture japonaise. Les mosquées et des synagogues  commencent à s’implanter en Japon à partir du XIXème siècle.

English
English