L’art de la céramique au Japon

Etant considéré comme la plus ancienne forme d’art au Japon, la céramique japonaise est également appelé tojiki ou yakimono. Elle existe dans le pays du soleil levant depuis très longtemps, durant l’époque Jomon, qui était vers 15 000 à 300 ans avant JC.

Une tradition perpétuée jusqu’à ce jour, la ville de Japon possède encore une grande variété de céramique réalisée avec des méthodes et des techniques traditionnelles et propres au pays.

Le style de la poterie japonaise est inspiré par les spécificités de chaque région et les modes de vie de ses habitants. Elles sont généralement conçues avec des formes et des modèles tirés des créations artistiques uniques et originales.

La conception de la poterie japonaise :

La fabrication de la céramique japonaise est principalement basée sur l’utilisation de l’argile et de la terre cuite avec une couleur brune rougeâtre. Les poteries sont obtenues par une cuisson en oxydation appelée hajiki. Au début, les poteries sont fabriquées sur un feu ouvert et à basse température. Vers la fin du IVème siècle, les potiers ont commencé à utiliser  des fours spéciaux appelés anagama, en forme de tunnel. L’anagama pouvait offrir une température maximale de 1200 degrés. D’ailleurs, il existe plusieurs fours construits par les anciens potiers qu’on retrouve encore actuellement dans de nombreux endroits du Japon.

Les potiers d’autrefois ont confectionné de nombreuses pièces indispensables dans la vie quotidienne, pour servir d’objet de décoration ou encore employer pour les rites et les traditions. On retrouve par exemple des vases ou des jarres globulaires, de toutes sortes et modèles, pour conserver les grains, le riz, ou encore les cendres.

A noter qu’il existe deux principaux types de céramiques qui se différencient suivant leur finition, les poreux et les porcelaines.

Les porcelaines :

Les porcelaines sont une forme de poterie beaucoup plus épaisse et plus solide. Elles sont également appelées des céramiques vitrifiées. Les porcelaines sont caractérisées par leur composition contenant du kaolin et du quartz, ainsi que leur cuisson avec une température environnant les 1200 degrés.

Par la suite, les porcelaines sont soumises à des traitements de finition très complexes et particulières. Elles comportaient des éléments de décoration minutieux et impressionnants. On pouvait retrouver des glaçures en tous genres, des dessins faits au pinceau ou encore des motifs invraisemblables obtenus par des découpages.  Ainsi, les porcelaines furent destinées pour compléter les arts de la table dans la tradition nippone, tant elles disposaient d’une beauté unique et inégalable. .

 

Les archives de la céramique japonaise :

L’art de la céramique continue à se développer en Japon. Il est d’ailleurs possible d’approfondir les techniques de l’art de la poterie dans les universités de Kyoto et de Tokyo.

D’autre part, on peut encore retrouver de nombreuses formes de céramiques réalisés sur plusieurs époques qui sont actuellement exposés dans le musée national de Tokyo. Il y a par exemple le modèle de vase en forme de coquillage qui a été faite durant l’époque Jomon, ou encore les mystérieuses figurines et statuettes, souvent réalisées avec des formes grotesques, qui constituent la source de l’histoire de l’art au Japon.

English
English